Histoire

Histoire de la Société théosophique internationale

Helena Petrovna Blavatsky était une femme russe de noble naissance et la première femme de ce pays à devenir citoyenne américaine.

Le colonel Henry Steel Olcott était un vétéran de la guerre civile américaine et un enquêteur spécial couronné de succès pour le gouvernement sur la corruption dans le service armé pendant cette guerre. Il était membre d’une commission chargée d’enquêter sur l’assassinat du président Abraham Lincoln, une autorité de renommée internationale dans certaines branches de l’agriculture et un avocat en exercice bien connu. C’était le génie administratif qui a fait de la Société une organisation internationale, tandis que la tâche de Blavatsky était d’apporter la sagesse spirituelle de l’Orient, ainsi que les mystères occidentaux oubliés, dans le monde occidental, où ils étaient pratiquement inconnus à cette époque.

Associé à ces deux était William Quan Judge, un jeune avocat de New York et ensemble ils ont formé la Theosophical Society le 17 novembre 1875. En 1879, deux des fondateurs, Madame Blavatsky et le colonel Olcott, ont déménagé en Inde et, en 1882, ont transféré le siège international de la Société à Adyar, une banlieue de Madras (aujourd’hui Chennai) où elle est restée depuis. Elle a été constituée à Chennai le 3 avril 1905. La Société a actuellement des succursales dans cinquante-six pays à travers le monde.

Histoire de la Société théosophique au Canada

En 1924, la Fédération canadienne de la Société théosophique a été établie dans ce pays et a reçu un certificat du siège international à Adyar. Le 29 avril 1999, nous avons été confirmés en tant qu’association régionale et le 2 août 2001, la Fédération canadienne a été constituée en vertu de la Loi sur les corporations canadiennes, maintenant connue sous le nom de Loi BNL, sous le nom d’Association théosophique canadienne (ATC). Le CTA est le représentant officiel au Canada de la Société théosophique d’Adyar. Il fait partie intégrante et indivisible de la Société théosophique, mais est constitué comme un corps autonome composé de membres en général, de centres d’études et de loges ou branches. Ces deux derniers sont des organes entièrement autonomes au sein de la CTA, à condition toutefois qu’aucune loge ou centre d’étude ne puisse prendre des mesures qui soient contraires aux buts de la Société théosophique et doivent se conformer aux règles et règlements de la Société internationale et de la Société canadienne. Association théosophique.

L’Emblème de la société théosophique

L’emblème de la Société Théosophique est composé d’un certain nombre de symboles, qui ont tous été utilisés depuis des temps très anciens pour exprimer des concepts spirituels et philosophiques profonds sur l’humanité et l’univers. On les trouve sous des formes diverses dans les grandes religions du monde et leur universalité est en outre démontrée par leur apparition dans des cultures largement séparées.

Chaque symbole étudié séparément apportera une richesse de compréhension. Considérés ensemble, comme dans cet emblème, ils suggèrent un vaste schéma évolutif englobant l’ensemble de la nature, physique et spirituelle, et leur étude peut conduire le chercheur sérieux à contempler certains des mystères les plus profonds de l’existence.

En partie à cause de leur ancienneté et en partie à cause de la difficulté d’établir leur origine, les symboles ne peuvent être interprétés avec une précision étroite. L’interprétation proposée ici doit être considérée comme suggérant les vérités qu’ils cherchent à transmettre, plutôt qu’une définition exacte de leur signification.

L’Ânkh

Au centre des deux triangles entrelacés se trouve ce que l’on appelle l’ânkh (ou Crux Ansata). Celui-ci comprend un cercle surmontant la croix Tau (le type de croix qui suit la forme de la lettre «T»). L’ânkh est un symbole égyptien de la grande antiquité et il dépeint la résurrection de l’esprit hors de son enveloppe de matière, autrement exprimée comme le triomphe de la vie sur la mort, de l’esprit sur la matière et du bien sur le mal. Ce concept de «Résurrection» se retrouve dans toutes les grandes religions.

L’Aum

Au-dessus de l’emblème, à part les symboles qui le composent, se trouvent les lettres sanscrites du mot sacré «AUM». Cela représente l’Un en Trois, la Trinité. Il y a aussi l’idée de la Parole créatrice ou le Logos résonnant partout et soutenant l’univers : «Au commencement était le Verbe (Parole), et le Verbe était avec Dieu, et le Verbe était Dieu.»

Le Serpent

Le serpent est le symbole intemporel de la plus haute sagesse spirituelle. Avalant sa queue, c’est un symbole de régénération. C’est le soi-né, le cercle de la sagesse infinie, de la vie et de l’immortalité. Le cercle lui-même est un ancien symbole de l’éternité et représente l’Absolu, l’univers non manifesté contenant les potentiels de toute forme. En tant que représentant de la sphère infinie, «l’œuf du monde» de la cosmologie archaïque, ce symbole se retrouve dans toutes les religions et philosophies du monde.

Le Svastika (croix gammée)

Placé ici à la tête du serpent, c’est une autre des nombreuses formes sous lesquelles se trouve la croix. C’est la Croix de Feu, avec des bras de flammes tourbillonnantes en révolution dans le sens des aiguilles d’une montre, qui représentent les énormes énergies de la nature créant et dissolvant sans cesse les formes à travers lesquelles le processus évolutif a lieu. Dans les religions qui reconnaissent trois aspects de la divinité ou du Logos, la Svastika de la croix gammée est associée au troisième aspect, la Troisième Personne de la Trinité, qui est le Créateur : Brahma dans l’hindouisme et le Saint-Esprit, ou Esprit, dans le christianisme. Encore une fois, l’esprit et la matière sont représentés par les deux lignes formant la croix, et les quatre crochets suggèrent le mouvement des cycles de rotation. Appliquée à l’humanité, cette figure nous montre comme le lien entre le ciel et la terre, une main pointant vers le ciel et l’autre vers la terre.

Les triangles entrelacés

Souvent appelé le Double Triangle et connu dans la religion hébraïque comme le Sceau de Salomon ou l’étoile de David, il symbolise les trois facettes de la manifestation qui est connue sous le nom de Trinité dans diverses religions. Il est personnifié dans le christianisme comme Dieu le Père, Dieu le Fils et Dieu le Saint-Esprit; dans l’hindouisme comme Shiva, Vishnu et Brahma. Le plus sombre des deux triangles, qui pointe vers le bas, et le supérieur, qui pointe vers le haut, symbolisent respectivement la descente de la présence de Dieu dans la matière et son ascension de la matière vers l’Esprit (Spirituel). C’est l’opposition perpétuelle entre la lumière et les forces obscures dans la nature et chez l’homme. Autour de l’emblème se trouve la devise de la Société théosophique : « Il n’y a pas de Religion supérieure à la Vérité. » La Vérité est la quête de chaque Théosophe, quelle que soit sa foi, et chaque grande religion reflète dans une certaine mesure la lumière de l’unique Sagesse éternelle et spirituelle.

L’emblème dans son ensemble symbolise l’Absolu, Dieu transcendant et immanent, transcendant signifiant ce qui est dans et au-delà de la création dans l’AUM qui éclipse le cycle de la manifestation – le serpent, dynamisé par l’activité divine représentée par le svastika. Dans ce champ de manifestation, les triangles liés de l’esprit et de la matière consacrent le symbole de l’immortalité, l’ânkh, Dieu immanent, signifiant ce qui habite sous toute forme créée.

Les informations ci-dessus ne sont qu’une fraction de la vaste gamme et de la profondeur de signification contenues dans l’emblème de la Société. L’étude de sa symbolique est presque inépuisable. Ceux qui souhaitent poursuivre cette étude plus en détail sont renvoyés à l’ouvrage The Theosophical Seal par Arthur M. Coon. L’ouvrage Hastings Dictionary of Religion and Ethics contient également des informations utiles sur le symbolisme en général et sur des symboles particuliers.